Un entretien croisé avec les éditeurs du roman Le Fracas et le silence

D’une lecture marquante de What beauty there is un soir d’insomnie en plein hiver par Xavier d’Almeida, directeur de collection chez PKJ, à un engouement général de toutes les équipes quelques mois plus tard !
En effet, la lecture collective du roman Le Fracas et le silence en interne n’a suscité que des commentaires élogieux. Avec pour la petite anecdote, Florian Lafani qui a réagit immédiatement en entendant la toute première présentation du roman et en demandant dans la foulée à publier ce texte très inspirant chez Fleuve.
C’est ainsi qu’en octobre, paraitra en simultané chez PKJ et Fleuve ce coup de cœur unanime. Xavier d’Almeida, directeur de collection chez PKJ et Florian Lafani des éditions Fleuve ont accepté de répondre à nos questions autour de ce lancement éditorial exceptionnel.

Qu’avez-vous ressenti après avoir refermé le roman pour la première fois ? Et vos collègues ?

Xavier : J’ai eu beaucoup de chance de tomber sur ce roman, caché dans une liste qui ne m’était pas destiné. Mais immédiatement, l’atmosphère décrite dans le résumé et l’âge des personnages ont aiguisé ma curiosité. Et je n’ai pas été déçu. Ce roman déclenche une cascade d’émotions intenses. Impossible à reposer, il nécessite pourtant quelques pauses pour reprendre son souffle tant l’empathie que l’on ressent pour les personnages fonctionne terriblement bien. Avouons-le sans honte, j’ai eu les yeux humides à plusieurs reprises. Ce roman est un voyage bouleversant et je n’avais qu’une envie : le faire lire au plus de lecteurs possibles autour de moi ! Leurs réactions ont été à la hauteur, entre SMS nocturnes voire coup de téléphone au petit matin pour exprimer leur émotion. Quel bonheur de partager ce genre de sentiment !

Florian : Ce roman fait partie de ces textes qui vous emportent dès les premières lignes et que vous refusez de lâcher pour garder les personnages près de vous. Il y a une empathie incroyable qui se dégage de chacun d’eux, le tout dans une atmosphère parfois hostile, qui nous fait en permanence craindre le pire. On ressort bouleversés par la nature, par l’histoire, et ce furent des sentiments partagés dans toute la maison.

D’où est née la double publication ? Quel processus en interne pour lancer ce projet d’envergure ? Comment avez-vous intégré ce projet à vos programmes de parution respectifs ?

Florian : La double publication est loin d’être une évidence dans l’édition. Pourtant, la première fois que j’ai entendu Xavier présenter ce titre, je me suis dit : « Quel dommage que le lectorat adulte passe à côté de ce texte ! » Et ce fut confirmé après ma lecture. Alors, j’ai émis l’idée à Xavier qui a tout de suite saisi l’opportunité d’une aventure commune ! Le Fleuve et PKJ faisant partie de la même entité, Univers Poche, ce fut évidemment encore plus facile à entériner. Au Fleuve, ce texte n’était donc pas prévu et nous avons décalé un autre titre étranger pour permettre la synergie avec PKJ.

Xavier : Une fois le livre refermé, il était devenu impossible de passer à côté éditorialement. Il me fallait le publier, mais comment ? J’avais le sentiment que ce roman pouvait aussi bien toucher les adultes que les grands adolescents, avec la même force. D’ailleurs à l’étranger, il avait été acheté par des maisons d’éditions Young Adult comme « adulte ». La réaction enthousiaste de Florian nous a donné l’idée de cette double publication, une aventure éditoriale aussi exceptionnelle que l’est ce roman. Nous avons convaincu sans mal la direction d’Universpoche, elle-même chamboulée par sa lecture de Le Fracas et le Silence.

Racontez-nous le processus pour l’adaptation française. Comment trouver le ou la traducteur.rice idéal.e ? Relecture conjointe dans les deux maisons d’édition ? Comment s’est déroulé votre collaboration pour le choix du titre, des couvertures différentes ?

Xavier : Je travaille principalement pour PKJ, mais j’ai déjà collaboré à de nombreuses reprises avec Fleuve, principalement pour des romans français. Avec Florian et son équipe, nous travaillons avec beaucoup de confiance, et de nombreux échanges. J’ai contacté une consœur éditrice de Belfond, qui m’a conseillé Claire-Marie Lévy, une traductrice habituée à ce type d’univers mêlant noirceur et nature sauvage. Son premier essai nous a convaincu de lui faire confiance. Quant à la couverture, l’originale convenait parfaitement à Pocket Jeunesse, il nous restait donc à travailler avec Florian pour trouver la couverture utilisée par Fleuve.

Florian : Xavier reste l’éditeur du texte et, comme il a déjà apporté des auteurs pour le Fleuve, il était naturel qu’il suive le processus éditorial d’un bout à l’autre, sachant que le texte est rigoureusement le même pour les deux éditions. Pour le titre et les deux couvertures, nous avons beaucoup échangé pour préciser le positionnement dans chaque rayon et proposé des idées à notre direction artistique.

Quel est votre personnage préféré ? Quel est le passage qui vous a le plus marqué (attention sans spoiler) ?

Florian : Matty pour sa fragilité qui nous donne envie de le protéger. Il y a une scène assez dingue où on a peur pour lui et à laquelle je repense encore. Mais je ne peux pas en dire plus.

Xavier : J’ai un gros faible pour le personnage féminin Ava, sa dureté, son empathie et son courage… Mais je suis aussi admiratif (suis-je sadique) du talent de Cory Anderson, capable de créer l’un des meilleurs personnages de « méchant » possible : Bardem, d’une complexité folle. La relation entre Ava et Bardem est l’une des plus grandes sources d’émotion du roman.

Quel est votre roman en cours ? Quel est le roman que vous conseillez à tout le monde ?

Florian : Je relis actuellement la dernière version d’un roman à paraître en janvier au Fleuve, La Valse des petits pas de Claire Renaud. Suite à la disparition en début d’année de son auteur, je conseille dès que je le peux A la ligne de Joseph Ponthus.

Xavier : Je découvre ces jours-ci le très attendu second tome de La Carte des confins, une série de pirates formidable par une jeune autrice française, Marie Repellin. Et quant au livre que j’offre à tours de bras, il s’agit du Tigre de John Valliant, un extraordinaire roman de narrative non-fiction, à mi-chemin entre roman naturaliste et polar, au fin fond de la Sibérie…


Le Fracas et le silence
de Cory Anderson, traduit de l’anglais par Claire-Marie Clévy (Etats-Unis)
Pocket Jeunesse
400 pages – 9782266309561 – 18,90 €
parution le 7 octobre 2021
dès 15 ans