Blanche, l’espionne de la reine

Nous sommes en 1633, la cour de France tourbillonne dans des bals somptueux, seulement la reine Anne d’Autriche est au cœur de complots. Heureusement, elle a auprès d’elle, une espionne futée et dégourdie pour déjouer l’étau qui se resserre autour d’elle….

“Là-haut sur la corniche, Blanche, s’apprêtait à sauter. Malgré quelques nuages épars, la nuit était claire et les étoiles brillaient au dessus des toits de Paris.
Que faire à présent ?
Un autre carrosse noir passa rue Saint-Honoré dans un bruit de ferraille. Il se dirigeait vers les murs massifs du Louvre. Comme tous les véhicules qui l’avaient précédé, il conduisait les nobles au bal.
Je devrais déjà être là-bas, moi aussi.
Blanche était en retard, ce qu’elle n’avait pas prévu. C’était fâcheux, elle le savait bien. Toutefois, elle ne pouvait prendre le risque d’être vue sur les toits.
Ni me permettre de tomber.
Elle n’était pas vraiment à son aise sur cette corniche, mais elle n’avait pas d’alternative. Serrant les dents, elle attendit que le carrosse tourne au coin de la rue. Puis elle prit une profonde inspiration et sauta.
J’y arriverai !
Elle s’éleva dans les airs vers le toit de l’Oratoire du Louvre, la grande église en éternelle construction. Elle l’atteignit presque… mais manqua la corniche d’un cheveu.
Non, non, non, non…
Elle tomba dans le vide. “

Blanche de la Fère est une jeune demoiselle de compagnie, très sérieuse et consciencieuse auprès de Sa Majesté. Du haut de ses quatorze ans, elle donne bien du fil à retordre à sa domestique pour paraître au mieux avec froufrous et dentelles devant la reine, car elle n’est pas là uniquement pour assister au lever de Sa Majesté, non ! Blanche est son espionne la plus redoutable. Toujours sur le qui-vive, elle est extrêmement efficace en toute circonstance. Elle va devoir redoubler d’ingéniosité et ne pas se décourager au moment de la disparition des joyaux de la reine. En effet, le voleur qui effraie toute la cour et qui se fait appeler Le Lys Ecarlate s’est mystérieusement envolé avec les bijoux. Mais rien n’arrête Blanche, même si Richelieu rôde et guette son moindre faux pas.

Trouver des alliés pour résoudre ses enquêtes s’avère une affaire bien compliquée… A qui faire confiance ? D’Artagnan, qu’on ne présente plus ? Marcel, un jeune mousquetaire qui se trouve toujours au bon endroit, au bon moment (comme c’est étrange) ? L’ambassadeur Haderslev ? Fausses pistes et suspicions sont de mise.

Angélique Chevalier décape le roman historique ! Elle dépeint un contexte précis, qui donne un cadre parfait à toutes les intrigues imaginées. Sa plume enlevée est en adéquation totale avec le caractère trépidant et enjoué de son héroïne. Et pour accompagner ce texte vif et rythmé, les illustrations au trait fin et délicat et le soin tout particulier apporté à la mise en page élégante apportent des pauses en images bien agréables et intensifient le plaisir de lecture.

Une plongée dans le 17ème siècle comme on les aime ! Une nouvelle série captivante à dévorer, avec un ton moderne et dynamique et de l’action à toutes les pages, que demander de plus ?


Blanche, tome 1, Espionne de la Reine
Angélique Chevalier, illustré par Paola Antista, traduit par Nathalie Nédélec-Courtès (de l’italien)
Pocket Jeunesse
176 pages – 9782266300322 – 9,90 €
parution le 14 octobre 2021
> dès 9 ans