L’île aux chiens : une adaptation réussie

Que vous ayez vu ou pas le film d’animation de Wes Anderson, l’adaptation en manga de Minetaro Mochizuki reflète très bien la relation forte entre Atari et son chien Spots.

Ce jeune garçon de 12 ans est le seul rescapé d’un accident ferroviaire. L’orphelin est adopté par le maire Kobayashi pour en faire son pupille et son héritier. Il se réveille d’un coma, en compagnie de Domoto, le secrétaire du maire, qui lui annonce qu’il va avoir un garde du corps spécial, un chien. En aucun cas, il ne devra le considérer comme un animal de compagnie ! Chose impossible pour Atari qui va se lier très fortement à son chien pendant un an ; moment auquel, suite à une grippe canine à Megazaki, tous les chiens, sauvages comme apprivoisés, en bonne santé ou malades, vont être expulsés sur une île au large de la ville, l’île poubelle, devenue L’île aux chiens.

Incapable d’abandonner Spots, Atari va faire preuve d’un courage inouï, en empruntant un avion pour retrouver son fidèle compagnon. Une fois sur place, l’aventure commence. Comment le retrouver ? Est-il toujours vivant ?

Toute la force et l’originalité du manga réside dans la mise en page et le découpage de la narration, inspirée des plans choisis du film. La lecture est très bien rythmée par un équilibre entre vignettes plus ou moins grandes et double-pages très visuelles. Minetaro Mochizuki a choisi de mettre en lumière le duo, Atari et Spots ainsi que la vie des chiens sur l’île. Le contexte politique et la vie à Megazaki sont juste évoqués, et pas aussi détaillés que dans le film. Le  manga invite ainsi chaque lecteur à voir ou revoir L’île aux chiens à l’écran.

On soulignera la gentillesse et la générosité d’Atari, à l’égard de tous les chiens, même le plus réticent. Tellement surprise par le geste  de ce seul humain ayant fait preuve de détermination et de courage, la communauté des chiens ne pourra qu’être sensible à sa démarche et à l’aider dans sa quête…

 

L’île aux chiens
de Minetaro Mochizuki
adaptation du film de Wes Anderson

Editions Le lézard noir

>> à partir de 10 ans

mars 2019