Sur les routes avec Coyote Sunrise

Depuis cinq ans, Coyote, douze ans, sillonne les Etats-Unis avec son père Rodéo dans un vieux bus scolaire transformé en maison roulante portant le doux nom de Yageur. Un mode de vie étonnant, unique, entrecoupé d’arrêts dans les stations-service, de comparaisons des meilleurs sandwichs du pays et de rencontres éphémères. Parfois, ils embarquent quelques auto-stoppeurs après leur avoir posé trois questions essentielles pour s’assurer qu’ils ne sont pas de dangereux criminels. La vie de Coyote est ainsi très solitaire, jusqu’au jour où deux garçons aux abords d’une pompe à essence lui proposent un petit chat… Ce mignon petit félidé n’est que la première étape d’un voyage qui va se révéler bien plus important que les précédents, et l’amener à retourner sur les lieux de son enfance…

Avec cette couverture et ce titre, on pense évidemment au film Little Miss Sunshine. Et il y a un peu de ça dans ce très beau roman de Dan Gemeinhart, qui nous offre surtout le portrait magnifique d’une petite fille joyeuse, optimiste, confiante et lumineuse ! Très vite, cependant, et malgré le lien très fort qui l’unit à son père, on se rend compte de la solitude de Coyote, sur les routes toute la sainte journée, faisant l’école dans le bus, ne s’arrêtant que pour les pauses pipi, le plein d’essence ou l’achat de nourriture. Une vie solitaire et nomade, coupée du reste du monde, qui rappelle aussi d’autres films américains qui explorent cette relation parent/enfant à travers des modes de vie différents et qui vont être soumis à un événement qui va tout changer (je pense à Leave no trace ou même Captain Fantastic).

Le roman nous entraîne alors dans un « incroyable voyage », effectivement, qui va devoir se jouer contre la montre et avec de nombreuses rencontres qui vont, là aussi, changer la perception de Coyote sur le monde, sur sa vie, sur sa solitude. Le premier passager de ce drôle de bus sera Lester, musicien en proie à une grande (in)décision amoureuse, puis viendront Salvador et sa maman, dans une situation compliquée, et d’autres encore, dont certains sont parfois totalement inattendus ! Des personnages secondaires qui entourent à merveille Coyote, aussi remarquables que touchants.

On y retrouve ainsi beaucoup d’émotion, mais également énormément d’humour. Une écriture intelligente, drôle, vive, qui n’est pas sans rappeler celle de Gary D. Schmidt, et nous fait aimer Coyote instantanément ! Son histoire émouvante est également l’occasion de rappeler l’importance des relations et de la discussion au sein d’une famille, de parvenir à gérer un deuil sans faire de mal à l’autre, et de réussir à poursuivre sa propre route, en dépit des difficultés ou de la douleur. C’est vraiment très beau, tout en sensibilité et le voyage de Coyote nous restera inoubliable.

Un périple plein d’émotion à travers les Etats-Unis : vous allez succomber à la voix si sensible et lumineuse de Coyote Sunrise !


 
L’incroyable voyage de Coyote Sunrise
Dan Gemeinhart, traduit par Catherine Nabokov
Pocket Jeunesse
416 p. (14 x 22,5 cm) – 9782266296281 – 18,90€
parution le 5 mars 2020
> dès 11 ans