Une étincelle inoubliable chez PKJ

Comment définir le roman Nous sommes l’étincelle ? On ne peut pas le résumer, ou difficilement, on risquerait de ne pas réussir à faire surgir l’essence du texte. Il vous manquerait tellement de détails essentiels à la compréhension de l’intrigue, et surtout vous ne ressentirez pas toute l’émotion qui émane de chacun des personnages et vous ne pourrez apprécier la subtilité de la construction du roman…

Lire la suite

Aru Shah, digne héritière de Percy Jackson

Après l’immense succès de sa série Percy Jackson et de ses autres romans fantastiques et mythologiques, Rick Riordan s’est mis au service d’autres écrivains grâce à un label créé pour lui aux Etats-Unis. Dans celui-ci, il nous fait découvrir des univers proches du sien, c’est-à-dire des romans qui s’intéressent à la mythologie mais se déroulent à notre époque. C’est donc grâce à lui que nous découvrons Aru Shah et la lampe du chaos, et la mythologie hindoue.

Lire la suite

Celle qui marche la nuit…

Delphine Bertholon avait déjà publié un roman jeunesse chez Rageot, Ma vie en noir et blanc, et sept romans pour les adultes chez Lattès. Cette année, on la retrouve en jeunesse, chez Albin Michel, avec un roman dans la continuité de son œuvre adulte, où l’on retrouve son attirance pour les disparitions et les ambiances sombres

Lire la suite

Stephen Carrière nous enchante

« Je me suis posé beaucoup de questions sur la façon de raconter notre histoire. Ce que j’ai trouvé le plus difficile, c’est la temporalité du récit. La rentrée était derrière nous, on avançait sur octobre. On était embarqués dans quelque chose, dès les premiers jours, on le savait je crois. Il y a une excitation très particulière à se sentir engagé sur une trajectoire. C’est là où on se rend compte qu’on est rarement en mouvement dans la vie. Ça m’a manqué après. L’immobilité de l’âme, c’est un truc encore plus flippant que la mort. Je pense que c’est ce que les gens appellent la dépression. Et puis j’ai commencé à écrire, et c’est revenu. Très fort. Je comprends pourquoi on peut passer toutes ses journées à écrire des livres. Cela me fait un peu peur aussi parce que si on commence et qu’on s’interrompt, ça doit créer un vide atroce, comme quand on perd un de ses meilleurs amis. »
(Extrait – chapitre 18)

Imaginez une équipe d’idéalistes aux méthodes brillantes et peu orthodoxes,
qui se lance un défi artistique et humain dans une ville en proie à des peurs subjacentes et à des tensions croissantes… Lire la suite